rec01.jpg

Flash News

Mot du Recteur

                                   

Par ces quelques mots, je souhaite m’adresser à toute la communauté universitaire de Béjaia pour partager avec elle les ambitions que nous nous fixons pour les mettre en œuvre au profit de notre université.

Cependant, avant d’esquisser le plan d’action, je dois d’abord rappeler que l’université de Béjaia a franchi au cours de ces dernières années plusieurs étapes significatives  aussi bien dans le domaine de la gouvernance, que dans les domaines de la formation, de la recherche scientifique, de la coopération et de la réalisation d’infrastructures. En effet, d’abord en matière de gouvernance, un projet d’établissement adossé à l’assurance qualité a été élaboré, toutes les structures de l’université dont les instances scientifiques sont mises en place par voie réglementaire et le chantier de la numérisation a été amorcé. 

Dans le domaine de la formation graduée, outre la filière Médecine, notre université couvre 12 domaines de formation sur les 14 de l’enseignement supérieur, englobant 60 licences et 111 masters dont 07 sont professionnels. En post-graduation, outre le diplôme d'études médicales spécialisées, le doctorat en sciences médicales et le doctorat en sciences du système classique, 29 formations doctorales avec 80 spécialités sont ouvertes au sein de notre université dans le cadre du système LMD. Nous avoisinons annuellement près de 200 soutenances de thèses de doctorat. En matière de recherche scientifique, 37 laboratoires de recherche sont ouverts et nous enregistrons annuellement près de 400 publications dans des revues internationales répertoriées dans la prestigieuse base de données « Web of Sciences » et plus de 500 publications dans des revues internationales répertoriées dans la base de données SCOPUS. Nous avons aussi réussi à classer deux de nos revues, l’une en catégorie B et l’autre en catégorie C. Concernant le volet coopération, le rayonnement national et international de notre université est un fait établi. En effet, plus de 100 accords de coopération sont signés au niveau international et 75 accords cadre de coopération avec de multiples acteurs du monde académique et socio-économique sont signés à l’échelle nationale. Enfin, en matière d’infrastructures, un nouveau campus de 6000 places pédagogiques sera bientôt réceptionné et plusieurs blocs pour abriter des centres de recherche et des laboratoires de recherche sont déjà réalisés.

 

Le défi d’aujourd’hui est de capitaliser tous ces acquis et d’ouvrir d’autres perspectives pour hisser notre université à un rang encore plus élevé.

 

Dans le domaine de la gouvernance, il s’agit de poursuivre le processus de numérisation et de consolider les bonnes pratiques au sein de l’université avec deux mots d’ordre : anticipation et concertation. En ce qui concerne la formation graduée, nous devons adapter nos offres au monde du travail et aux besoins de la société. A cet effet, nous encouragerons l’ouverture de nouveaux masters professionnels et nous renforcerons la collaboration entre l’université et le monde socio-économique afin de faciliter l’insertion et l’employabilité des étudiants et des futurs diplômés dans les entreprises. Nous poursuivrons aussi la mise en place de l’université virtuelle par l’utilisation des TIC aussi bien dans le domaine de l’acte pédagogique (cours en ligne, MOOC's, …) que dans celui de la ressource documentaire par l’adoption  d’un système de consultation des sommaires des ouvrages disponibles à la bibliothèque. Enfin, nous renforcerons l’encadrement dans les socles communs et nous veillerons à l’amélioration continue du temps pédagogique par des actions concrètes, notamment  le travail de sensibilisation. Quant au volet post-graduation et recherche, et afin d’amplifier la dynamique de recherche déjà enclenchée dans notre établissement, nous devons parvenir à ouvrir pour chaque filière de la graduation une formation doctorale et un laboratoire de recherche au niveau de l’ensemble des facultés. Nous mettrons l’accent particulièrement sur la recherche-développement qui reste un défi à relever, même si les premiers exploits sont déjà réalisés tel que le respirateur artificiel. Pour y parvenir, nous nous fixerons comme objectif à moyen terme la mise en place d’une plateforme technologique et nous renforcerons nos relations avec le monde socio-économique en assimilant les processus du transfert de connaissances et de technologies vers les acteurs du développement national. Nous consoliderons aussi l’internationalisation en élargissant notre coopération vers les pays anglophones, en multipliant les offres de formation internationales conjointes et en renforçant notre présence dans les différents programmes internationaux. En termes d’infrastructures, nous envisageons à moyen terme la réalisation de deux facultés, l’une dédiée aux sciences médicales, et l'autre à l’Architecture, ainsi que deux blocs de recherche, l’un dédié aux sciences de la nature et de la vie et l’autre regroupera les laboratoires de recherche de toutes les filières des sciences sociales et humaines. Enfin, dans le chapitre « Vie Estudiantine », nous continuerons à encourager les activités sportives, culturelles et scientifiques dans un cadre organisé afin de permettre aux étudiants de s’épanouir, d’identifier en leur sein des compétences, d’éveiller leur curiosité et de développer chez eux l’esprit de l’innovation. A cet effet, nous réaliserons des infrastructures sportives dans les campus non encore dotés et nous veillerons à l’amélioration du cadre de travail (espaces pédagogiques, espaces verts, accompagnement des personnes à besoins spécifiques, …). Nous impliquerons aussi les étudiants dans la mise en œuvre du plan stratégique du développement de l’université. 

 

                                                                                                                          Le Recteur

                                                                                                                          Pr Ahmed BOUDA